Aurelius Opillus

inc. loc. (Zmyrna post 92 a. Chr.), saec. II – I a. Chr.

Aurelius Opillus est le second des clari professores évoqués par Suétone (gramm. 4, 7). Son praenomen n’est attesté que dans le manuscrit de la correspondance de Fronton, dans un passage corrompu (ad M. Caesarem 1, 6, 4 p. 15,11 van den Hout) où le correcteur a rétabli à la fois son nom et son prénom sous la forme d’un D(ecimus) ou d’un S(purius) ; il n’est jamais mentionné par les autres sources. L’orthographe de son surnom est également problématique (Oppillius, Opilius, Opillius et Opillus dans les manuscrits). La forme Opillus a le plus de chances d’être véridique : elle est attestée dans les manuscrits de Varron, Festus et Symmaque, et semble pointée par la remarque de Suétone (gramm. 6,3 = F1 GRFF) qui dit que son nom s’écrit avec une géminée dans l’acrostiche du Pinax. Ce serait en outre la traduction correcte de l’osque Upils selon Bücheler (1874 : 610) et Schulze (1904, 18 n. 2 et 462 n. 3) : voir Vacher (1993 : 80).

Il serait né au milieu du IIᵉ s. a.C., vers 150, et aurait commencé son activité vers 120 (Christes 1979, 19). Il était l’affranchi d’un épicurien dont l’identité n’est pas clairement établie (Kaster 1995, 112 ; Suerbaum 2002 §193.2). Porter (1968, 98 n. 15) suggère qu’il pourrait s’agir de M. Aurelius Cotta (monetalis 135-124) lié à la nouvelle Académie (Cic. nat. deor. 2, 147), père de C. Aurelius Cotta (cos.75). Opillus accompagna Rutilius Rufus (beau-frère de M. Cotta) en exil à Smyrne en 92 (cf. F1) où il passa la fin de sa vie. D’après Symmaque (epist. 1, 20, 2 = T3 GRFF), qui le cite parmi des exemples proverbiaux de couples maître-élève aux côtés d’Alexandre et Aristote, Ennius et Fulvius (Nobilior) ou encore Panétius et Scipion, il n’aurait pas été récompensé à sa juste valeur par Rutilius Rufus – mais nous n’en savons pas plus sur ce chapitre.

Il enseigna, dans l’ordre inverse de celui qui serait plus tard adopté par le triuium, la philosophie, puis la rhétorique et enfin la grammaire (F1). Cela soulignerait, selon Treggiari (1969, 114), son habileté dans des domaines variés, ou au contraire, selon Christes (1979, 18) la nécessité économique dans laquelle il se trouvait. Il tenait une schola qu’il quitta pour suivre Rutilius Rufus à Smyrne, c’est-à-dire qu’il réunissait un groupe d’élèves (Kaster 1995, 112), mais on ignore s’il possédait lui-même un local ou utilisait une salle mise à disposition par un de ses patrons.

Il aurait écrit, selon Suétone (F1), une multitude d’ouvrages sur des sujets variés, probablement lors de son exil à Smyrne, donc après la période durant laquelle il a enseigné.

Parmi ces livres Suétone distingue un ouvrage en neuf livres, Musae, qui pourrait être un livre de mélanges comme en écrira plus tard Aulu-Gelle, qui cite ce titre comme l’un de ceux utilisés par ses prédécesseurs (praef. 5). Il en reste deux fragments (partie de la préface dans F1, explication et étymologie du mot indutiae F2).

Aurelius Opillus était également un spécialiste de Plaute qui avait composé un index de ses comédies (Gell. 3, 3, 1) qui pourrait être identifié au Pinax dont parle Suétone (T1 : voir Rawson 1985, 273 ; Christes 1979, 19 n. 78 ; Regenbogen RE1950, 1436-37). Aragosti (2009, 18) affirme que le Pinax était écrit en vers sur le modèle des Πίνακες callimachéens. Le F1 pourrait cependant inciter à la prudence sur ce point : Aurelius a en effet intitulé son ouvrage du nom des Muses parce qu’il considérait qu’écrivains et poètes étaient tous sous leur patronage (les commentateurs citent Hérodote comme modèle de titres de livres pris aux noms des Muses). Toujours selon Aragosti, l’index mentionné par Suétone prendrait place à l’intérieur du Pinax qui serait lui-même une partie des Musarum libri IX. Osann (1849) a développé l’idée (qui ne semble pas avoir été reprise après lui) selon laquelle Aurelius serait l’auteur des arguments acrostiches de Plaute, et propose une reconstruction annotée du Pinax à partir de ces acrostiches.

Enfin, d’après l’interprétation qui a été donnée des appariements entre auteurs et ‘éditeurs’ dans la lettre de Fronton (Van den Hout 1988, 15, 12-17 et 1999, 41), Opillus devrait être l’éditeur du poète contemporain C. Titius.

En termes de nombre de fragments conservés, pour la période anté-varronienne, Opillus se place en deuxième position avec 28 fragments (après Aelius Stilo, 78 fragments, et avant Servius Clodius ou Claudius, 8 fragments). La plupart des fragments (15) sont transmis par Festus, puis dans l’ordre décroissant par Varron (6), Paul Diacre (4), Charisius (2 versions d’un même fragment) et Aulu-Gelle (un témoignage et un fragment) puis, à raison d’un chacun, Suétone (qui constitue également notre témoignage principal sur sa vie), Priscien, l’Ars Anonyma Bernensis ainsi que Fronton et Symmaque (un témoignage chacun). Un passage de Pline (F32, où on lit ‘Ofilius’ dans la plupart des manuscrits) a été rejeté comme falsum, comme aussi trois passages de Festus.

Dans le tableau ci-dessous, sauf mention contraire, les références renvoient à la numérotation des fragments adoptée par Funaioli (GRFF).

Source

 

test.

 

frg. cert.

 

frg.inc.

 

frg. dub frg. fals.

 

Festus

 

F7, 8, 9,10, 12,13, 14,16, 19, 20, 21, 22 F27 F29, 30, 31

 

Varron

 

F3, 5, 11,15, 18, 23
Paul Diacre F4, 6, 24
Aulu-Gelle Varro GRFF frg. 88 F2
Suétone

 

T1= contexte du F1 F1

 

Charisius F25, 25a
Ps. Victorinus F17
Priscien F26
Ars Bernensis F28
Symmaque T3
Fronton GRFM 385
Pline F32

Bibliographica

Editiones

Egger (1843), 27-31; GRFF, 86-95; GRFM, 385-386.

Studia

Gräfenhan (1843-1850), ii, 254; G. Goetz, ‘Aurelius 176’, RE ii/2 (1896), 2514; Teuffel–Kroll–Skutsch (19106-19166), i, 301; Schanz–Hosius (19274-19354), i, 578-579; Christes (1979), 17-20; Kaster (1995), 110-112; W. Suerbaum, HLL i (2002), § 193.2; P.L. Schmidt, BNP

Aragosti, Andrea (2009), Frammenti plautini dalle commedie extravarroniane, Bologna.

Bardon, Henry (1952), La littérature latine inconnue, i, L’époque républicaine, Paris, 144.

Bücheler, Franz (1874), compte rendu de G. Henzen et al., Ephemeris epigraphica, Roma–Berlin, 1874, Jenaer Literaturzeitschrif 39, 609-611.

Damaggio, Julie (2011), ‘Un corpus des premiers fragments grammaticaux à Rome’, Eruditio Antiqua 3, 2011, 23-55 (28-29, 45).

Della Corte, Francesco (1981²), La filologia latina dalle origini a Varrone, Firenze, 120-124.

Kaster, Robert A., éd. (1995), C. Suetonius Tranquillus. De Grammaticis et Rhetoribus, Oxford, 110-116.

Lersch, Laurenz (1841), Die Sprachphilosophie der Alten, iii, 150-151.

Osann, Friedrich (1849), ‘Aurelius Opilius der Gramatiker’, Zeitschrift für die Altertumswissenschaft 7/25-28, 193-219.

Porter, Robert Leonard (1968), The Republican Aurelii, Princeton University (PhD).

Rawson, Elisabeth (1985), Intellectual Life in the Late Roman Republic, London, 4, 7, 23, 67, 124, 273.

Regenbogen (1950), ‘Pinax’, RE xx.2, 1436-37.

Schulze, Wilhelm (1904), Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, Berlin (Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen, Philologisch-Historische Klasse, Bd. 5 Nr. 5).

Treggiari, Susan (1969), Roman Freedmen during the late Republic, Oxford,114, 127.

Vacher, Marie-Claude, éd. (1993). Suétone. Grammairiens et rhéteurs, Paris, ad 6.1.

van den Hout, Michael Petrus Josephus, éd. (1988), M. Cornelii Frontonis Epistulae schedis tam editis quam ineditis Edmundi Hauleri, Leipzig.

— (1999), A commentary on the letters of M. Cornelius Fronto, Leiden.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *