Aemilius Asper

inc. loc., saec. II/III in. p. Chr.

Comme il est fréquent pour les lettrés faisant œuvre de grammaire et d’exégèse littéraire dans les premiers siècles de l’Empire, la figure d’Aemilius Asper reste aujourd’hui bien obscure.  Aucune information directe au sujet de la vie de cet érudit n’a été transmise par les sources tardives qui le citent et nous ne pouvons émettre que des suppositions sur la date à laquelle Asper aurait vécu et enseigné. Les seules indications extralinguistiques connues concernent les ouvrages qu’il avait rédigés, sans toutefois nous informer sur leur forme ou leur structure.

Afin de déterminer l’époque à laquelle Asper a pu vivre, seules les indications textuelles contenues dans les fragments où le commentateur est cité explicitement peuvent aider. Grâce à la scolie Verg. Veron. Aen. 3,691 (F21 Wessner), nous savons qu’il avait connaissance des réflexions de Cornutus, philosophe stoïcien du milieu du Ier siècle ap. J.-C., puisqu’il contredit ce dernier sur la valeur de l’emploi de l’expression comes infelicis Vlixi pour désigner Énée. Cela permet de poser un terminus post quem à la seconde moitié du Ier siècle. Concernant le terminus ante quem, le grammairien le plus ancien qui cite Asper dans ses ouvrages est Julius Romanus (IIIe siècle), chez Charisius : les six fragments d’Asper chez ce dernier sont en effet tous tirés des chapitres attribués à Romanus (cinq dans le de aduerbio, un dans le de analogia).

Plusieurs hypothèses ont été proposées afin de délimiter plus précisément la datation entre les Ier et IIIe siècles. Il a été avancé par Ribbeck (1866 : 129) et Aistermann (1910 : 75-77) que le commentateur avait rédigé ses traités avant ceux de Probus, et par Fröhde (1892 : 613) que les deux érudits étaient contemporains, car Asper est cité dans le commentaire attribué à Probus (F19 et F25, Verg. ecl. 6,31) et est nommé avant ce dernier dans le fragment F49 (Serv. Aen. 10,539). Toutefois, le commentaire des Bucoliques qui est parvenu jusqu’à nous sous le nom de Probus est apocryphe et plus tardif (voir EV 4, 1988 : 285). Rien n’indique ainsi que la référence à Asper remonte au véritable Probus : si le commentaire est probablement fondé sur les notes de cet érudit, le texte que nous avons sous les yeux est le résultat d’une compilation de sources variées. Par ailleurs, l’argument de l’ordre de citation des sources est peu probant, étant donné que d’autres scolies font référence à « Probus et Asper » (F1 Don. Ter. Ad. 323 ; F31 Serv. Aen. 7,543 ; F57 Prisc. GL ii 499,17- 500,11) ou à « Asper et Probus » (T3 Auson. praef. 470A Souchay = 17-22 p. 2 Peiper ; T10 Rufin. GL vi 565,1-8 = 19,19-20,6 D’Alessandro ; F42 Schol. Verg. Veron. Aen. 9,373), de manière apparemment aléatoire.

Afin de prouver la postériorité d’Asper sur Probus, Tomsin (1952 : 20-22) s’appuie enfin sur la scolie Stat. Ach. 1,238 et les parallèles dans le Servius auctus (Aen. 8,293 et georg. 2,456) : le commentateur semble ici réfuter les propos de Velius Longus, postérieur à Probus, sur la mort de Pholus. Comme il avait connaissance des textes de Longus, Asper aurait ainsi nécessairement vécu après que ces deux érudits avaient rédigé leurs traités. Lämmerhirt (1890 : 325) considérait que la scolie Serv. Aen. 7,30 était tirée d’Asper puisque celui-ci cite ce vers pour expliquer le sens de per au vers Aen. 9,418. Servius rapporte, dans cette glose, l’usage linguistique de Fronton au sujet de la préposition inter (dans le sens de per) et Lämmerhirt suppose qu’Asper était la source de cette référence. Cela situerait ainsi le commentateur à la fin du IIe ou au début du IIIe siècle. Cependant, outre l’absence de référence explicite au grammairien dans ce passage, il est impossible de déterminer la source exacte du renvoi à Fronton, qui pourrait être l’ajout d’une source tierce ou de Servius lui-même (voir Wessner, 1905 : 8).

Toutefois, le fait que Suétone et Aulu-Gelle mentionnent Probus et non Asper dans leurs ouvrages, malgré la renommée des commentaires de ce dernier, pourrait être une indication que l’exégète a bien vécu après la date de rédaction des Nuits Attiques. Une telle affirmation semble se confirmer par les concordances entre l’œuvre d’Asper et celles d’érudits de la fin du IIe et du début du IIIe siècle, notamment les références aux tournures ou formes archaïques dans les textes commentés (voir Tomsin, 1952 : 27, pour des similitudes de langue ; p. 42 pour l’archaïsme ; p. 47 pour la place de Virgile face aux modèles grecs).

Aemilius Asper est cité par une grande variété de grammairiens et d’érudits de l’Antiquité tardive. Étant donné son œuvre d’exégèse, il est manifeste que ses ouvrages soient cités par des commentateurs, non seulement de Virgile, comme Servius, Philargyrius, le Ps. Probus et les divers anonymes ayant compilé les scolies aux poèmes virgiliens, mais aussi de Térence, en la personne de Donat. Ses réflexions ont aussi été utilisées dans les manuels de grammaire de Charisius, à travers l’œuvre de Romanus, et de Priscien, dans le commentaire à l’Ars Donati de Pompée et dans les ouvrages sur la métrique de Consentius et de Rufin. Sa renommée était telle que ses commentaires étaient reconnus et cités régulièrement comme des références par de nombreux lettrés : Ausone, Jérôme, Augustin, Macrobe ou Jean le Lydien évoquent tous le nom d’Asper parmi les grands professeurs, voire des réflexions particulières de celui-ci, et sa pensée est transmise pour éclairer les textes d’autres poètes latins, telle l’Achilléide de Stace (F36 Schol. Stat. Ach. 1,238).

D’après ces sources, il apparaît que l’œuvre d’Asper a été conséquente et reconnue, en particulier son travail d’exégèse littéraire. Jérôme (T6 adu. Rufin. 1,16,11-33) évoque les commentaires à Virgile et à Salluste de celui-ci. Augustin (T7 Aug. util. cred. 7,17) parle d’exégèse d’œuvres théâtrales, donc probablement des pièces de Térence, nommant Asper aux côtés de Donat et de Cornutus. L’existence de ces trois ouvrages est confirmée par une série de fragments clairement attribuables à chacun d’entre eux : Donat cite Asper à plusieurs reprises dans son propre commentaire à Térence, tout comme Rufin dans son analyse de la métrique de Térence ; les gloses à Salluste se retrouvent chez les grammairiens latins, notamment Romanus, et dans le texte sur les magistratures romaines de Jean le Lydien ; enfin, la majeure partie des fragments concernent les poèmes virgiliens et sont relayés dans les commentaires de Servius et dans différents recueils de scolies. Asper commente Virgile avec une grande déférence, rapportant les opinions de ses prédécesseurs et affirmant sa propre interprétation des passages les plus difficiles : il préfère généralement proposer une explication du texte – même complexe ou peu vraisemblable – à des conjectures de variantes possibles, qui sous-entendraient que le texte était erroné (F31 Serv. Aen. 7,543, par exemple).

L’importance qu’Asper portait à l’étude de l’œuvre de Virgile se remarque en outre dans les fragments mis au jour au XVIIIe siècle sur un palimpseste (Paris, BNF lat. 12161, VIIe siècle). Ce manuscrit, contenant les traités de Saint Jérôme et de Gennadius sur les hommes illustres, est composé de feuilles diverses plus anciennes, dont 4 feuillets (p. 99-100, 113-114, 119-120, 127-128) portent les restes d’une « grammaire » fondée sur le texte virgilien, organisée par catégorie : de praepositionibus, de interiectionibus, de casibus, de generalibus et specialibus. La scriptio inferior, qui peut être datée entre le IIIe et le Ve siècle (Chatelain, 1886 : 84 ; EV 1, 1984 : 374), présente le texte en deux colonnes, écrit en onciale régulière. En raison du titre courant en tête de chaque page (Aspri Vergilius) et du sujet abordé, ce texte, édité en dernier lieu par Hagen (1902 : 533-540) sous le titre Vergilius Aspri (Grammatica Vergiliana), est considéré aujourd’hui comme authentique (voir EV 1, 1984 : 374 ; Zetzel, 2018 : 138-139). À côté de son travail d’exégèse, il semblerait ainsi qu’Asper ait aussi fait œuvre de grammairien, ce qui est confirmé par quelques fragments touchant à la conjugaison – plus précisément à la formation du parfait –, attribués par Priscien à un De uerbo (F58b part. GL iii 489,34-37 = 92,21-93,2 Passalacqua). L’intérêt d’Asper pour la description de la langue latine se retrouve par ailleurs dans les commentaires : si les gloses traitent souvent de problèmes d’interprétation sémantique ou stylistique, voire de cohérence historique ou de mythologie, un certain nombre d’entre elles discutent de morphologie (F2 Don. Ter. Ad. 559 §5 : formation de discidit ; F13 Char. GL i 139,22-140,4 = 177,3-10 Barwick : accusatif omneis) ou de syntaxe (F3 Don. Ter. Phorm. 74 §1 : emploi de meo ; F54 Serv. Aen. 11,358 : rection de cedo).

Bibliographica

Editiones

Chatelain, Émile (1886), Fragments d’Asper d’après le palimpeste de Corbie, Paris, 83-101.

Hagen (1902), 533-540.

Wessner (1905), 44-50.

Studia

Gräfenhan (1843-1850), iv, 75-78; G. Goetz, ‘Aemilius 29’, RE i/1 (1893), 547; Teuffel–Kroll–Skutsch (1910⁶-1916⁶), iii, 137-138; Schanz–Hosius–Krüger (1922³), 161-162; PIR² i (1933), A 335; P.L. Schmidt, HLL iv (1997), § 443; P.L. Schmidt, BNP.

Aistermann, Josef (1910), De M. Valerio Probo Berytio capita quattuor accedit reliquiarum conlectio, Bonn.

EV 1 = Geymonat, Mario (1984), « Aspro », Enciclopedia Virgiliana, 1, 373-374.

EV 4 = Lehnus, Luigi (1988), « Probo », Enciclopedia Virgiliana, 4, 284-286.

Fröhde, Oscar (1892), « De C. Iulio Romano Charisii auctore », Jahrbücher für classische Philologie, Suppl. 18, Leipzig, 565-572.

Lämmerhirt, Gustav (1890), « De priscorum scriptorum locis a Servio allatis », Commentationes Philologae Ienenses, 4, Leipzig, 311-406.

Ribbeck, Otto (1866), Prolegomena critica ad P. Vergili Maronis opera maiora, Leipzig.

Tomsin, Alfred (1952), Étude sur le Commentaire virgilien d’Aemilius Asper, Paris.

Zetzel, James (2018), Critics, Compilers, and Commentators: An Introduction to Roman Philology, 200 BCE-800 CE, New York.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.