Archives par étiquette : saec. III p. Chr.

Flauius Caper

inc. loc., saec. II/III in. p. Chr.

Très peu d’éléments sont connus de la vie de Flavius Caper. Son praenomen n’a pas été transmis, les auteurs qui le citent l’appelant majoritairement par son cognomen, Caper. Seuls Charisius, par le biais de Julius Romanus, et Rufin nous livrent son nomen et se réfèrent à ses propos en le nommant Flavius Caper (Char. gramm. 253,11. 269,16. etc. ; Rufin 10,3. 20,2 D’Alessandro), cependant de manière non systématique (cf. Char. gramm. 184,16. 253,19). Un unique témoignage de Pompée donne une indication possible sur la position de Caper : en GL v 154,13, il le qualifie de magister Augusti Caesaris. Cette mention, bien qu’imprécise, puisqu’il est difficile de déterminer à quel empereur Pompée fait référence, semble placer le grammairien à la cour impériale romaine. Ce renseignement reste toutefois peu fiable, venant d’un auteur connu pour sa propension à l’exagération et à l’approximation, et qui n’avait probablement pas accès aux textes capériens de première main.

Plusieurs indices nous permettent de proposer, à la suite de G. Keil (1889 : 246-247), qu’il aurait vécu dans la deuxième moitié du iie siècle après J.-C. L’étude des fragments (cf. Char. gramm. 150,32 ; Prisc. GL ii 171,14) nous montre que Caper connaissait et utilisait l’œuvre de Valerius Probus, grammairien ayant exercé sous le règne de Néron, posant ainsi un terminus post quem autour de 70 ap. J.-C. En ce qui concerne le terminus ante quem, le plus ancien grammairien ayant, à notre connaissance, lu les ouvrages de Caper est Julius Romanus (seconde moitié du iiie siècle, cf. Schenkeveld, 2004 : 29). Afin de définir plus précisément la période, il convient de prendre en considération la doctrine grammaticale du grammairien : son intérêt évident pour les phénomènes linguistiques archaïques et les auteurs anciens nous paraît indiquer qu’il a pu composer ses traités, notamment le De Latinitate, vers la fin du iie siècle.

Huit témoignages au total nous renseignent sur le titre des traités rédigés par Caper. Ils semblent se rapporter à seulement deux textes : l’un désigné comme De Latinitate, De lingua Latina et libri enucleati sermonis, et l’autre De dubiis generibus ou libri dubii generis. Suivant G. Keil (1889 : 251) et la majeure partie de la littérature successive sur la question, il apparaît que le premier traité devait être intitulé De Latinitate, nom transmis par Charisius via Julius Romanus (gramm. 253,11 = GL i 194,31 ; gramm. 269,16 = GL i 207,31) ; quant au second, le témoignage de Priscien (GL ii 171,15 ; GL ii 212,15), qui est la source la plus importante pour ce grammairien, nous amène à conclure qu’il devait s’agir d’un traité De dubiis generibus, ce que les indications transmises par Servius (Aen. 10,377) et Pompée (GL v 175,30) viennent confirmer.

Le De dubiis generibus, comme son nom l’indique, devait être uniquement consacré aux questions de variation en genre grammatical des noms latins, probablement sur le modèle de l’ouvrage du même nom de Probus, si l’on accepte que le titre donné par Priscien – GL ii 171,14-15 : supra dictorum tamen nominum usus et apud Caprum et apud Probum De dubiis generibus inuenis – se réfère à chacun des deux grammairiens. Outre ce traité spécifique, Caper a rédigé un De Latinitate, œuvre de large envergure dans laquelle il étudie l’ensemble des phénomènes linguistiques ayant touché la langue latine depuis les origines de la littérature. L’étude de la cinquantaine de fragments où le nom de Caper est explicitement cité, mais aussi des très nombreux passages où les grammairiens se sont inspirés de ses écrits sans le nommer, permet de découvrir son intérêt indéniable pour les phénomènes archaïques qu’il a pu recenser dans une grande quantité d’œuvres littéraires de tous genres des siècles précédents. Barwick (1922 : 205) en vient ainsi à qualifier cet ouvrage, à juste titre, de « thesaurus totius Latinitatis ». Le De Latinitate ne devait pas être une grammaire de type scolaire, destinée à l’usage en classe, mais plutôt une encyclopédie linguistique savante : en se référant à un grand nombre de textes du passé faisant autorité, Caper tente de proposer une étude de l’évolution de la langue, afin de déterminer la manière la plus correcte de parler à son époque.

Bibliographica

Editiones

Keil (1889), 254-268.

Studia

Gräfenhan (1843-1850), iv, 89-90;  Goetz, RE iii/2 (1899), 1506-1508; Teuffel–Kroll–Skutsch (1910⁶-1916⁶), iii, 138-139; Schanz–Hosius–Krüger (1922³), 163-164; PIR² iii (1943), F 231; P.L. Schmidt, HLL iv (1997), § 438; P.L. Schmidt, ‘Flauius ii.14’, BNP.

Barwick, Karl (1922), Remmius Palaemon und die römische Ars grammatical, Leipzig.

d’Alessandro, Paolo (ed.) (2002), Rufini Antiochensis commentaria in metra Terentiana et de compositione et de numeris oratorum, Hildesheim – Zürich ­– New York.

Schenkeveld, Dirk M. (2004), A rhetorical grammar. C. Iulius Romanus: Introduction to the liber de adverbio, Leiden-Boston.

Primus, Vmbrius

inc. loc., saec. III p. Chr.?

No se conserva ninguna noticia sobre su vida y obra, aunque se ha sugerido que tal vez fuera un contemporáneo (e interlocutor) de Julio Romano (Schmidt 2000: § 437; escepticismo al respecto en Schenkeveld 2004: 100), el único autor que lo menciona. En las tres citas conservadas aparece ya como Vmbrius Primus (Char. gramm. p. 247.7 y 249.24), ya como Vmbrius (247.9). De ellas se puede deducir que trató la separación entre la interjección y el adverbio, y las coincidencias formales (consortia) de éste con otras partes de la oración, aunque se desconoce en qué tipo de obra. Marschall (1887: 71 y n.1), extrañado de que Romano no mencione a Palemón, sugirió una identificación de Umbrio con el famoso gramático, basándose en que la doctrina y terminología que se atisba en los fragmentos son de corte palemoniano. Tal propuesta fue ya rechazada por Froehde (1892: 648), quien apunta que se puede deducir con cierta probabilidad de la obra de Romano que Umbrio escribió un ars grammatica.

Bibliographica

Editiones

Froehde (1892), 648-649.

Studia

R. Hanslik, ‘Primus 1’, RE xxii.2 (1954), 1995-1996; PIR¹ iii (1898), V 597; Teuffel–Kroll–Skutsch (1910⁶-1916⁶), iii, 100; P.L. Schmidt, HLL iv (1997), § 437.

Dammer, Raphael (2006), reseña de Schenkeveld (2004), Gnomon 78. Bd., H. 1, 27-33.

Froehde, Oskar (1892), ‘De Iulio romano Charisii auctore’, Jahrb. f. class. Philol., Suppl. Bd. 18, 648-649.

Hülser, Karlheinz (1987), Die Fragmente zur Dialektik der Stoiker. Neue Sammlung der Texte mit deutscher Übersetzung und Kommentaren, ii, Stuttgart–Bad Canstatt.

Marschall, Carolus (1887), De Q. Remmii Palaemonis libris grammaticis, Lipsiae, 71.

Schenkeveld, Dirk Marie (2004), A rhetorical grammar: C. Julius Romanus, Introduction to the Liber de adverbio, Leiden–Boston.

Sluiter, Ineke (1990), Ancient grammar in context. Contributions to the study of Ancient Linguistic Thought, Amsterdam, 211-213.

Suárez Martínez, Pedro Manuel (2006), reseña de Schenkeveld (2004), ExClass 10, 473-482.

Zetzel, James E. G. (2004), reseña de Schenkeveld (2004), BMCRev 2004.07.63.